Edito

Dimanche 18 avril 2018 – 3ème dimanche de Pâques (B)

“A nous d’en être les témoins”

C’est Pâques et la grotte les attend ! Ils n’iront pas à Jérusalem mais à Lourdes mais, pour ces lycéens, la grotte de Massabielle sera la grotte de la résurrection. Je ne vous présente pas le pèlerinage du Frat: 10 000 lycéens d’Ile-de-France réunis à Lourdes quatre jours avec leurs évêques, pour prier, réfléchir et se renouveler dans l’eau du baptême. 

J’ai un grand espoir : que les 51 jeunes pèlerins de l’aumônerie Janson-de-Sailly et du lycée Passy Saint-Honoré, reviennent non seulement renforcés mais transformés, qu’ils ressortent de la grotte en « témoins » de la Paix du ressuscité. 

Plus que jamais, la Paix doit être annoncée, elle doit être proposée. À Lourdes, sous Napoléon III, le Seigneur avait envoyé dans la grotte la Vierge Marie car le mécanisme et le scientisme réduisaient les personnes à des outils de production. Aujourd’hui le drame est le même, les États généraux de la bioéthique et les défaillances de notre système éducatif nous le rappellent ces jours-ci. Seul le Christ Jésus peut nous donner la Paix car lui seul a vaincu la mort. Avec lui, grâce à sa puissance de résurrection, nous pouvons devenir témoins de la Paix. 

Dans la grotte de Massabielle comme dans le calme de la prière, nous pouvons devenir des témoins de Dieu car nous y recevons la puissance du Christ qui a dit : « Il faut que s’accomplisse en moi tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les prophètes et les psaumes ». Il a connu le mal dans son agonie: « Le mal est là, sa cruauté est sans limites, mais ce n’est pas lui qui conduit le jeu, et ce n’est pas lui qui le termine. Le ‘il faut’ porte sur la figure venue de Dieu, jamais sur la puissance mauvaise. Jésus ne dit pas ‘il faut que le mal fasse son oeuvre’, il ne le laisse même pas soupçonner. La Passion n’est pas un mauvais rêve, un moment difficile à passer, elle est le déchaînement du péché sur l’Innocent. Il faut que Jésus fasse cette expérience, qu’il subisse ce contact abominable, pour arracher au péché sa force secrète, son venin secret. » Jacques Guillet, dans cette médiation sur le Christ, nous redit la force de notre témoignage: le Christ a traversé la mort, il l’a vaincue, sa victoire a déjà transformé le monde. À nous d’en être aujourd’hui les témoins. 

 

Père François Xavier Desgrange , vicaire