Edito

Dimanche 24 décembre – 4ème dimanche de l’Avent (Année B)

« Que ton Règne vienne… sur la terre comme au ciel ! »

En récitant, souvent trop rapidement et mécaniquement, la prière que le Seigneur nous a apprise, nous pensons que « sur la terre comme au ciel » ne concerne que ce qui précède immédiatement, c’est-à-dire « que ta volonté soit faite » ; la mise en page du petit carton diocésain mis récemment à notre disposition à l’occasion de la nouvelle traduction du « Notre Père » nous pousse d’ailleurs à nous entêter dans cette erreur…

En fait, c’est tout ce qui précède que nous appelons de nos voeux à s’accomplir « sur la terre comme au ciel » : et notamment que le Nom de Dieu soit sanctifié, et que son Règne vienne ! Car nous désirons ardemment que grâce soit rendue à Dieu non seulement « dans le ciel » (les bons anges s’en chargent) mais aussi « sur la terre ». Et l’Église que nous sommes est chargée précisément de témoigner de l’avènement du Règne de Dieu dès maintenant parmi les hommes, non pas certes comme une réalisation théocratique s’imposant au monde, mais comme le Règne effectif du Seigneur Jésus à l’oeuvre dans son Église, et dans le coeur de tous les hommes de bonne volonté.

C’est bien le Roi de l’univers entier, ciel et terre, le Fils du Très-Haut, que Marie met au monde. À nous de l’accueillir et d’en témoigner. La joie de Noël n’est pas nostalgie d’un passé idéalisé, ni rêve d’un avenir merveilleux toujours fuyant et inaccessible : la joie de Noël, c’est ici et maintenant !

Père Bertrand Bousquet, vicaire