Edito du 9 octobre

Edito du 9 octobre

Dimanche 9 octobre 2016
28ème dimanche du Temps Ordinaire (C)

Vous avez dit : diacre permanent ?

On se demande souvent à quoi peut bien servir un diacre, pourquoi l’Eglise ordonne-t-elle des hommes qui ont un métier, généralement une famille, des occupations et des engagements souvent très divers. Certains, d’ailleurs, seraient même tentés par la suppression de ce premier degré du sacrement de l’ordre conféré à titre permanent. Oui, à quoi peut donc servir un diacre permanent ?

Il y a au moins trois raisons pour que perdure cette ordination. La première est que celui qui est ordonné, par l’Eglise, répond à un appel que Dieu lui fait. Il n’y a pas de diacre, permanent ou non, qui ne soit appelé par Dieu. La seconde est que le diacre permanent est ordonné pour le service. Ce qui ne dispense personne, un chrétien moins qu’un autre, de servir et Dieu et son prochain. Mais c’est un engagement plus particulier qui ne préjuge pas de ce que sera la mission. Dire « oui » à Dieu, c’est s’engager à Le suivre, mais c’est aussi d’avance accepter d’aller où Dieu désire qu’Il soit servi. Enfin, si le rôle liturgique du diacre est réduit, il n’est pas inexistant puisqu’il présente au célébrant les prières rassemblées des participants lors de l’eucharistie. Mais il peut célébrer le sacrement du baptême, présider celui du mariage, ou être le célébrant des funérailles.

Ce samedi, Antonio REBELO, de la communauté portugaise de Saint Honoré d’Eylau, est ordonné diacre. C’est un signe de la vie de notre Eglise, de notre paroisse et de la communauté portugaise. Nous nous en réjouissons.

Mais vous ? Peut-être vivez-vous déjà votre vocation “fondamentale“, que celle-ci soit le mariage, la vie religieuse, l’ordre, le service aux plus pauvres ou toute autre forme d’appel particulier. Un appel, une vocation qui, sans cesse, demande à être approfondie.

Peut-être, au contraire, ne vous êtes-vous pas encore posé la question de votre propre vocation alors que vous aussi, vous êtes appelé par le Christ à Le suivre et à Le servir ? Saint Paul nous le rappelle dans sa lettre aux Romains, chacun doit trouver sa place dans l’Eglise selon les dons qu’il a reçus, car cette place l’attend.

Elle n’attend que ce “me voici“ qu’Antonio, avec quatre autres serviteurs, prononce aujourd’hui. La tâche sera différente, le “me voici“ sera différent. Mais c’est toujours le Christ qui appelle et qui continue à appeler.

Pour ces “oui“ d’aujourd’hui et pour ceux de demain, Seigneur, nous te rendons grâce.

Yves Blocman, diacre permanent

Retrouvez les éditos des semaines précédentes

share