Edito

Dimanche 14 juin 2020 – Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ (A)

Amis du Christ, frères dans le Christ

Les terrasses ont ouvert, elles débordent dans les rues, pour la joie de certains, l’énervement des autres, mais tous, ces jours-ci partagent la joie de se retrouver. « Buvons encore à l’amitié, l’amour, la joie ! », chantent les amis, les scouts et Graeme Allwright, heureux d’être ensemble. 

Mais dans notre vie chrétienne, il y a d’abord la fraternité. Sont fraternels ceux qui se reconnaissent de la même famille. Il y a des tensions entre frères et soeurs et des divergences de vues. Mais l’unité demeure, mieux, elle s’approfondit dans ces discussions vives : car les frères reconnaissent que leur relation se fonde, non dans leur propre décision, mais dans l’origine commune de leurs vies. Et que cette vie partagée les mène plus loin. L’Eucharistie nous donne la force pour vivre la fraternité, pour travailler ensemble pour la gloire de Dieu. Sacrement de notre action de grâce pour la vie reçue du Père, sacrement de notre vie fortifiée par le Christ, sacrement où nous offrons nos existences au Dieu très bon. 

Sacrement de la fraternité, l’Eucharistie est aussi celui de l’amitié. L’amitié est une relation choisie, bien différente de la fraternité. Des amis partent en vacances ensemble, des amis s’invitent les uns chez les autres, des amis partagent les mêmes enthousiasmes, des amis ne veulent pas se blesser l’un l’autre ; il y a une complicité entre des amis, et c’est dans cette affinité d’esprit qu’ils s’aident mutuellement à avancer sur le chemin de la vie. Le Christ nous fait entrer dans sa propre existence : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui ». La vie avec le Christ n’est pas un travail commun mais une relation d’amitié, car par sa présence intérieure une unité d’esprit se construit. Qu’elle est grande la joie de l’Eucharistie, qu’elle est belle l’adoration du Christ dans le sacrement de l’autel, car nous y rencontrons le Christ, celui qui nous fait vivre de sa propre vie. 

Père François-Xavier Desgrange, vicaire