Edito

Dimanche 21 mars 2021 – 5ème dimanche de Carême (Année B)

Annonciation du Seigneur

C’est une solennité en plein coeur du carême, tout comme celle de saint Joseph le 19 mars dernier. Sa présence dans ce temps qui prépare la Pâque n’a rien de contradictoire, elle nous rappelle le seul et unique mystère que célèbrent nos liturgies : le Christ. En cette année, particulièrement dédiée à saint Joseph, la solennité de l’Annonciation acquiert une nouvelle signification pour nous. En effet, la question de la famille revient au centre de nos préoccupations. Alors que la covid a fait redouter à certains un ” baby-boom “, ce à quoi nous assistons est malheureusement plutôt un “baby-Krach“. Ceci invite à célébrer l’Annonciation avec plus de foi et d’espérance. 

Le jour de l’Annonciation de Marie a dû et doit être un très beau jour. Une jeune fille est en train de prier. Soudain un ange radieux lui apparaît. Il se présente devant elle, lui annonçant qu’elle, une créature, portera en son sein son Créateur. Dans cette scène, les non-dits sont sans aucun doute encore plus bouleversants que ce que nous entendons de leur conversation. Marie et Joseph, bientôt mère et père, auront à éduquer leur enfant : ils en prendront soin, ils laveront Celui qui aura à laver l’humanité toute entière de ses fautes par sa vie, sa mort et sa résurrection. Marie et Joseph, de simples créatures, apprendront à leur Créateur à marcher. Marie et Joseph, servante et serviteur du Seigneur, apprendront au Verbe éternel de Dieu à parler. Ce petit enfant sera la joie de Marie et de Joseph, mais il y aura aussi des moments bien pénibles. Et il faudra que Marie se tienne, debout et en pleurs, au pied de la croix où le Fils de Dieu, son Fils à elle, meurt pour notre salut. Mais elle espèrera sa résurrection et, dans son espérance, elle verra sa joie renaître, une joie qui n’aura plus de fin. 

Marie est bien la mère du Christ. Si Joseph est bien son père par vocation et au regard de la Loi, à partir de sa douzième année, Jésus n’a jamais cessé de se réclamer de la filiation de Dieu : « Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » (Lc 2, 49). Ainsi cette famille peut représenter à elle seule les familles qui ont des enfants et celles qui n’en ont pas. Prions pour l’Église notre mère qui fait de nous tous une famille et prions pour toutes les familles du monde. 

Père Francis Agbokou 

Prions pour nos catéchumènes qui se préparent à recevoir les sacrements de l’institution chrétienne lors de la veillée pascale : Claire, Inès, Clémence, Pernelle, Nathalie, Diane et Thomas. 
Pour les soutenir, chaque jour de cette semaine, je médite le psaume de ce dimanche
.
Nous nous réjouissons également de l’admission comme candidat au diaconat permanent d’un de nos paroissiens Jalil Berrada.