Edito

Baptiser le monde

Dimanche 12 janvier 2020 – Baptême du Seigneur (A)

Le baptême du Seigneur est d’abord le baptême de l’individu Jésus qui reçoit à nouveau l’Esprit Saint pour être solennellement envoyé en mission par son Père. Mais parce que Jésus est aussi la tête de l’Église, son baptême concerne toute l’Église. Tous nos baptêmes sont contenus d’avance dans le sien et quand j’ai été baptisé (à Saint-Honoré d’Eylau d’ailleurs), j’ai été pris dans l’unique baptême du Seigneur. J’ai été uni à son humanité et à sa mission, en particulier à sa mort et sa résurrection. Mais la grâce du Christ a une portée universelle. Jésus est baptisé pour tous ceux qui sans faute de leur part ne peuvent pas recevoir le baptême. Songeons par exemple aux Indiens d’Amérique d’avant Christophe Colomb qui ne savaient pas qu’il y a un baptême. Tous, nous dit le concile Vatican, sont unis par des moyens que Dieu connaît au mystère pascal, c’est-à-dire au baptême du Seigneur. L’Inca qui suit sa conscience et qui meurt dans la vertu bénéficie réellement de la grâce du baptême du Seigneur. Ce qui rend raison de l’affirmation du concile de Trente que nul n’est sauvé sans le baptême ou le désir de le recevoir.

Mais le pape François insiste sur une universalité plus grande encore, qu’un Teilhard de Chardin a soulignée dans toute son œuvre : le baptême du Seigneur mobilise la création. Il y a l’eau, les cieux qui s’ouvrent. Jésus vient baptiser toute la création. Cela veut dire deux choses urgentes pour nous : primo, nous devons respecter la création. Elle aussi est prise dans l’œuvre du salut. Secundo, contrairement à ce que pourrait nous faire croire par exemple la tragédie australienne, la situation n’est pas désespérée, il est encore possible d’agir pour sauver la création et faire reculer les calamités puisque Jésus a été baptisé pour la création. Ainsi, nous pouvons espérer pour tous et même pour l’univers. Non pas en raison de nos pauvres forces, mais en raison du don de l’Esprit, en raison de l’universalité du baptême du Seigneur.

Père Matthieu Villemot, vicaire