Edito

Dimanche 21 juin – 12ème dimanche du temps ordinaire (Année A)

Combat spirituel en temps d’incertitude

Si la vie reprend peu à peu son cours, celui-ci demeure assez brumeux. Projets familiaux, professionnels, artistiques, immobiliers, projet d’études ou de vacances ou projets paroissiaux : l’incertitude n’épargne aucun domaine ! Sans parler de cette « deuxième vague », véritable épée de Damoclès pesant sur la planète entière… Or l’inquiétude et l’anxiété que fait naître en nous la considération de « tout ce qui pourrait nous arriver » sont un des plus sûrs moyens de nous couper de Dieu. Dans Tactique du diable de C.S Lewis, un vieux démon expérimenté explique ainsi à son neveu – démon novice chargé de faire chuter un jeune chrétien – comment profiter de l’incertitude liée à la guerre qui vient d’éclater : 

« Ton protégé aura sans doute adopté le principe qu’il doit se soumettre avec patience à la volonté de l’Ennemi [c’est ainsi que le démon appelle Dieu]. Ce dernier entend avant tout par là qu’il accepte sans récriminer l’épreuve du moment présent – l’angoisse de ce temps d’attente. C’est à ce propos qu’il doit dire : « Que ta volonté soit faite ! » Et c’est pour pouvoir porter chaque jour ce fardeau qu’il recevra son pain quotidien. À toi donc de veiller à ce que ton protégé ne considère jamais l’angoisse de ce temps d’attente comme la croix dont il doit se charger, mais uniquement les choses qu’il appréhende. Celles-ci, il doit les regarder comme la croix à porter, en oubliant qu’elles s’excluent mutuellement et ne peuvent, par conséquent, toutes lui arriver. Qu’il prenne son courage à deux mains et qu’il s’exerce à la patience. Car il est quasiment impossible d’accepter à l’avance une douzaine de sorts différents et hypothétiques, et l’Ennemi ne prête guère son concours à ceux qui se lancent dans ce genre d’entreprise. Par contre, il accorde généreusement son appui à ceux qui endurent la souffrance présente avec résignation, même s’il ne s’agit que de la peur. De ce fait, elle est bien plus facile à supporter. »¹

Rien ne sert donc de s’imaginer mille « croix » possibles. Acceptons celle d’aujourd’hui : l’incertitude, et tournons-nous avec confiance vers le Père pour recevoir la grâce qu’il ne peut manquer de nous donner pour la porter. 

Père Augustin Bourgue, vicaire

(¹) C.S Lewis, Tactique du diable, Chapitre VI