Dimanche 22 mai 2022 – 6ème dimanche de Pâques (Année C)

Faire connaître Jésus

Saint Charles de Foucault aura attendu plus d’un siècle sa canonisation par l’Eglise. Dans son humilité, il n’y aspirait pas ; mais, pour nous, elle souligne l’importance de son apostolat pour l’Évangélisation de notre temps.

Sa connaissance du monde pécheur le rendait très réaliste sur l’apostasie s’emparant déjà de l’Occident et sur l’imperméabilité séculaire de l’Islam. Mais sa passion pour Jésus Christ avait focalisé son attention sur un point : comment le Fils de Dieu avait-il pu assumer l’Incarnation et la Rédemption, sachant qu’il passerait les neuf dixièmes de sa vie terrestre dans l’anonymat d’Egypte et de Nazareth, pour achever sa prédication sur une croix infamante et dans l’incompréhension près que totale ?

Nul doute que notre Salut vient du fait qu’il ait accepté d’expier au lieu juger et que son Père l’ait reconnu en le ressuscitant. Cependant, peut-on le faire connaître en l’imitant ? Et une telle imitation, qui peut-elle séduire en nos temps de « désacralisation »générale ? Car, depuis la mort de Charles de Foucault, le monde n’a cessé de « déconstruire » le réel, en profitant des sciences et des techniques pour réduire les choses à leur ‘comment’ et éviter ainsi d’en rendre compte à Qui- de-droit.

Cependant, la très nombreuse progéniture spirituelle du « frère universel » s’accorde sur le fait capital que son abandon total et radical à Dieu correspond au « sel », à la « lumière » et au « levain » que Jésus a voulu faire de ses disciples : de petites réalités qui, pour donner du goût, du sens et du ferment à leur génération sans la juger, servent « en mourant ».

Ils prouvent ainsi, par la simple évidence et sans aucun prosélytisme, que le mal et la mort ont bel et bien été vaincus « une fois pour toutes » !
Bon Temps Pascal à tous !

Père Ippolito Zandonella, vicaire

Menu