Edito

Dimanche 13 septembre 2020 – 24ème dimanche du temps ordinaire (Année A)

Guérir, bâtir, annoncer

Ces trois verbes constituent le projet du Congrès-Mission de cette année. L’initiative se tient depuis 5 ans à Paris, à la fin du mois de septembre, son but est d’encourager et de former à une proposition explicite de la foi dans tous les domaines. Trois actions pour un seul acteur, le Christ. D’une certaine manière, ces verbes résument l’Évangile. Mais il nous faut réfléchir à la manière dont ils peuvent être adaptés au monde d’aujourd’hui.

Je souhaite envoyer quelques paroissiens à ce Congrès-Mission, dans la perspective de développer des activités nouvelles – nous avons déjà commencé l’an dernier avec la prière des frères, suspendue par la pandémie mais que nous allons reprendre. Mais mon but est que nous soyons tous davantage missionnaires ; disciples-missionnaires dirait le Pape François. Car le bouleversement que nous connaissons nous affecte tous, l’Eglise peut-être plus encore : elle qui se définit comme la communauté rassemblée par le Christ dans l’eucharistie en a été privée pendant tout le confinement ; elle qui a développé tout au long des siècles un savoir-faire dans l’accompagnement des personnes malades ou en deuil a été tenue à distance. Nous sommes aujourd’hui de retour, mais combien s’en sont allés ? Notre société affronte des questions d’une ampleur inégalée : ne pouvons-nous pas nous appuyer sur la foi pour y réfléchir ? Si nous ne prenons pas notre part de la diffusion de l’évangile, chacun en particulier, nous verrons notre nombre s’amenuiser toujours davantage et notre image disparaître définitivement des radars. Or Jésus ne cesse pas de nous interroger : qui dites-vous que je suis ?

Vous connaissez cette parabole de Jésus, d’un homme qui a 100 brebis, mais en perd une dans le désert. Il met tout en oeuvre pour la retrouver et, l’ayant retrouvée, il invite amis et voisins pour partager sa joie. Aujourd’hui l’Eglise s’apparente davantage à une brebis gardée et 99 perdues dans le désert. Le Congrès-Mission est une manière de nous encourager à ne pas baisser les bras, en sachant que chaque brebis ramenée, c’est de la joie partagée avec le ciel.

Concrètement le Congrès-Mission se déroule du vendredi 25 au soir jusqu’au dimanche 27 septembre. On peut bien sûr s’inscrire pour une partie seulement des activités (cf. congresmission.com). Si nous sommes suffisamment nombreux, nous pourrons nous répartir les ateliers puis, ensemble, réfléchir à ce qu’il est plus opportun de développer dans notre paroisse. Vous êtes intéressé ? N’hésitez à m’en parler, je vous ferai connaître les membres de la prière des frères qui pensent y participer.

Père Michel Gueguen, curé