Edito

Dimanche 3 juin 2018 – Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ (B)

Il est tard, samedi dernier, dans la forêt de Lardy ;…

Il est tard, samedi dernier, dans la forêt de Lardy ; les scouts et les guides sont maintenant couchés sous leurs tentes mais, par petits groupes, les chefs et cheftaines rejoignent la clairière. La lune, un feu et quelques torches éclairent les jeunes adultes du Groupe saint Louis. Ils se disposent en lignes et forment un grand carré. Le silence s’installe ; un chef s’avance et pose son sac devant le chef du clan. Il reçoit une boule de pain, une tente, une torche et l’évangile. Sa voix s’élève :

• « Je sais que la grandeur de l’homme est sa fidélité. Connaissant ma faiblesse, je demande à Dieu sa grâce et m’engage à vivre en Routier ».
Le chef du clan lui répond : « Sois Routier en marche dans la Communauté des Hommes. Reçois ce pain, nourriture pour ta route et signe de la solidarité humaine. Il t’invite au travail, au partage, au combat pour la justice. N’oublie pas qu’il est un autre Pain plus nécessaire encore à la vie ! »
 L’aumônier lit ensuite les béatitudes et ajoute : « N’oublie pas que la route est un passage par-delà la vie terrestre vers le pays de l’éternelle jeunesse, où accueilli par le Père, tu ressusciteras. Pars maintenant à la suite du Christ et rayonne la paix et la joie ».

Le chef met alors son sac sur son dos, tous s’écartent et il part seul, à la lueur de sa torche, pour une marche dans la nuit. Il emporte avec lui cette boule de pain, symbole du Christ eucharistique.

Quelle est grande notre joie ! Recevoir dans l’eucharistie la présence vivifiante du Christ Jésus ! Bien sûr, au fil des années, nous nous habituons à la célébration de la messe. Mais dans le secret de notre foi, nous le savons, le Christ Jésus est là. Le maître est là,
 Corps livré, Sang versé, pour le salut des hommes.
 Hostie sainte, il nous restaure par son sacrifice.
• Pain de vie, il unifie notre âme et notre corps, pour mieux aimer.
 Humble nourriture, Il nous délivre de notre superficialité et de notre arrogance.
 Signe de la sortie d’Egypte, il nous libère du péché.
 Pain nourrissant, il fortifie notre charité.
 Corps du Christ, il nous invite à servir dans l’Eglise.
 Pain rompu, il nous remet en alliance avec Dieu.

Il y a vraiment une élévation de toute notre vie dans la célébration de l’eucharistie. Nous sommes remis sur la route de notre vocation, pour continuer la route de la sainteté, pour nous arracher aux turpides de la médiocrité et vivre déjà du Royaume. La communion n’est pas une étape de l’enfance. Elle est la rencontre avec le Christ vivant.

Père François-Xavier Desgrange, vicaire