Edito

Dimanche 24 juin 2018 – 12ème dimanche du temps ordinaire (B)

La nativité de Saint Jean Baptiste

La naissance de Jean Baptiste est une fête universelle dans l’Église. Saint Jean est un homme de grands contrastes : il vit dans le silence du désert, néanmoins de là il parle aux foules et, d’une voix convaincante, les invite à la conversion ; il est humble dans la façon de reconnaître qu’il n’est pas la Parole mais uniquement la voix. Il a le courage d’accuser et de dénoncer les injustices, y compris celles des rois ; il invite ses disciples à aller vers Jésus, mais ne refuse pas de parler à Hérode pendant sa captivité. Silencieux et humble, il est également courageux et intrépide même au point de verser son sang. Jean Baptiste est un grand homme ! Jésus dira de lui qu’il est le plus grand homme né d’une femme, mais il n’est que le précurseur du Christ.

Le secret de sa grandeur réside dans le fait qu’il est conscient qu’il a été choisi par Dieu, ainsi l’exprime l’évangéliste : « L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël » (Lc 1,80). Toute son enfance et son adolescence ont été marquées par la prise de conscience de sa mission : rendre témoignage ; et il le fait en baptisant Jésus dans le Jourdain ; en préparant le peuple pour le Seigneur ; et à la fin de sa vie, en versant son sang en faveur de la vérité. A travers notre connaissance de Jean, nous pouvons répondre à la question de ses contemporains : « Que sera donc cet enfant ?» (Lc 1,66).

Par le baptême, nous avons tous été choisis et envoyés pour rendre témoignage au Seigneur. Dans un milieu indifférent, saint Jean est un modèle et une aide pour nous tous ; saint Augustin nous dit : « Admire Jean autant que tu en es capable ; ton admiration tourne au profit du Christ : au profit du Christ, non pas en ce sens que tu lui donnes, mais en ce sens que tu fais en lui des progrès ». (Sermon 291. Nativité de saint Jean-Baptiste)

Père Gabriel Alarcón