La résurrection du Christ dans la vie de saint Joseph

Dimanche 1er mai 2022 – 3ème dimanche de Pâques  (année C)

Parler de l’effet de la résurrection du Christ chez saint Joseph n’est pas habituel. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas une résultante de la résurrection du Christ dans sa vie. A chaque 1er mai, nous célébrons saint Joseph comme le patron des travailleurs. Tout travail quel qu’il soit participe à la dignité humaine. Cependant, c’est grâce à la résurrection du Christ que nous avons retrouvé notre plus grande dignité d’enfants de Dieu. Ainsi, tout travail en soi qui donne de la dignité à l’homme qui le fait, et remet d’autres hommes debout, est aussi une oeuvre de résurrection. Aussi, tout travail peut être un chemin de salut, car le travail a une valeur rédemptrice. C’est de ce travail que saint Joseph en est le patron. Mais nous sommes aussi en période pascale et providentiellement nous pouvons voir l’oeuvre du Ressuscité dans la vie de saint Joseph. Que tout homme ait bénéficié de la résurrection du Christ, il n’y a pas de doute. Au sujet de Marie, l’Église nous enseigne qu’elle a même reçu les arrhes de la résurrection de son Fils ce qui explique son Immaculé Conception et après sa mort, l’Assomption a été une suite logique de la résurrection dans la vie de Marie. De saint Joseph, le père de Jésus, il ne serait pas inutile de se poser la question du bénéfice de la résurrection de son Fils avant même qu’il ne connût la glorieuse résurrection. D’abord, il a accepté dans l’obéissance de devenir le père du Fils de Dieu avec toutes les incompréhensions que cela lui suscitait. Ensuite, il a appris à Jésus à devenir charpentier comme lui. Enfin, il a montré le meilleur visage d’un père avec Marie qui tenait le meilleur visage d’une mère. Voilà en quoi la résurrection profite aussi à Joseph et surtout d’avoir montré très tôt au jeune Jésus la dignité que le travail donne à tout homme pour que sa résurrection redonne une plus grande dignité à tout l’homme.

Dernièrement à la veillée pascale, nous avons relu dans la Genèse que toute la création est une oeuvre (Gn 2, 2), donc un travail accompli par Dieu. Même si parfois le travail reste entaché d’une perception pessimiste, parce qu’il vient du vocable tripalium qui désignait, dans le latin tardif, un appareil à trois pieux permettant d’immobiliser le cheval que l’on voulait ferrer), le fait que Dieu lui-même s’y intéresse lors de la création, et que Jésus ait été charpentier, redonne au travail la vision d’un lieu de libération. Saint Paul a dû le comprendre ainsi et il conseillait : « Quel que soit votre travail, faites-le de bon coeur, comme pour le Seigneur, et non pour les hommes. » (Col 3, 23). Bonne fête à tous les travailleurs !

Père Francis Agbokou

Menu