Edito

Les pratiques du Carême

Dimanche 10 mars 2019 – 1er dimanche du Carême (C)

Nous commençons un temps particulièrement important pour les chrétiens qui veulent se préparer à vivre le Mystère pascal du Christ, à savoir sa Passion, sa Mort et sa Résurrection. Pendant ce nouveau temps liturgique, nous allons parler de conversion, de jeûne, d’abstinence, du chemin de croix et de pénitence. Savons-nous réellement de quoi il s’agit ?

Le jeûne consiste à faire un seul repas pendant la journée, avec une alimentation frugale le matin et le soir. On ne doit rien manger entre les repas. Si on prend un repas à midi, on ne prend qu’une légère collation le soir. Le jeûne a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole. Jeûner pendant le carême n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. Actuellement, le jeûne est limité à deux jours, le mercredi des cendres et le vendredi saint. L’Église ne nous demande de jeûner que 2 fois l’an, ce qui est à vrai dire peu. Sont dispensés de jeûner les personnes de plus de 60 ans, les jeunes de moins de 18 ans accomplis et les femmes enceintes.

L’abstinence (s’abstenir de viande) s’impose pour le mercredi des cendres, le vendredi saint et tous les vendredis de ce temps. Par ailleurs elle est demandée par l’Église, chaque vendredi de l’année en souvenir de la mort du Seigneur. La Conférence des évêques de France a précisé et étendu le sens de cette abstinence, en souhaitant que les fidèles manifestent cet esprit de pénitence par des actes concrets, par exemple : en se privant de viande, d’alcool, ou de tabac… et en s’imposant une pratique plus intense de la prière et du partage avec les plus démunis.

Le carême est un temps de pénitence. Certes, l’Église a assoupli en notre temps les règles et pratiques pénitentielles du Carême mais elle demande toujours aux fidèles de vivre ces quarante jours comme un temps de pénitence et de conversion. Il est souhaitable de se confesser pendant le Carême, qui est une pratique de pénitence. La paroisse organise le chemin de croix le Vendredi saint et les vendredis de Carême. Cette pratique de pénitence et de prière est une occasion de nous unir à la passion du Christ, pour se préparer à fêter sa résurrection.

À travers le Carême, le chrétien peut saisir l’opportunité de se retourner vers Dieu et vers son prochain et de reprendre le chemin perdu à cause de ses fautes.

Père Gabriel Alarcon