Dimanche 25 décembre 2022 – Nativité du Seigneur (Année A)

L’humilité de Dieu

 Greccio, Noël 1223. Les bergers des environs ont été invités avec quelques bêtes de leur troupeau. Villageois ainsi que le seigneur local, qui a mis à disposition le lieu, sont réunis. La grotte à flanc de colline est aménagée en église occasionnelle avec l’autorisation expresse de l’évêque. Frère François et les autres frères se sont affairés pour préparer cette nuit si particulière et cette célébration qui sort tant de l’ordinaire. C’est la première crèche vivante… 

Des cantiques s’élèvent vers le ciel. On proclame la Parole des Livres Saints, ceux des Prophètes qui annonçaient la venue du Messie. Ceux de l’Evangile de Luc et de Jean, qui racontent la naissance en ce monde du Verbe Eternel, le Fils de Dieu. Et vient le moment où Frère François, diacre, doit prendre la parole pour l’homélie. Il a médité les textes, s’est recueilli dans le silence pour contempler ces évènements arrivés il y a longtemps déjà, mais dont il pressent intimement qu’ils nous rejoignent encore, et spécialement en cette nuit si sainte. 

François se lance, porté par la ferveur de sa foi, et par l’émotion aussi. Devant tout ce petit peuple rassemblé, au coeur de la nuit, en cette grotte, il s’exclame avec autant de douceur que de force : « Regardez l’humilité de Dieu ! » en désignant la mangeoire où repose un nouveau-né. 

Oui c’est un Dieu profondément humble qui se révèle aux hommes à Noël. Un Dieu si petit qu’il faut se faire petit soi-même pour être à sa hauteur. Comme un Dieu si doux peut venir guérir nos blessures ! Comme un Dieu si humble peut venir corriger nos penchants d’orgueil ! Heureux les humbles de coeur, le Royaume des cieux est à eux, enseignera Jésus. C’est ce Royaume de paix, de confiance, d’amour que signifie en sa personne le nouveau-né de Bethléem. 

Notre monde a soif de paix, nos vies ont soif de paix. Si nous allons à la crèche avec un coeur assoiffé, un coeur humble et ouvert au don de Dieu, nous pourrons boire à la source qui désaltère. « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! » (Jn 7,37), dira plus tard Jésus. Allons à la crèche avec un coeur humble. Allons nous désaltérer auprès de celui qui s’est fait si petit, si humble pour nous donner en abondance sa paix. « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime » ! 

Père Antoine d’Eudeville, curé 

Menu