Edito

Opération Vérité

Dimanche 17 mai 2020 – 6ème dimanche de Pâques (année A)

« Pourquoi ces nations en tumulte, ces peuples qui murmurent en vain ? Les rois de la terre s’insurgent. Les princes tiennent tête au Seigneur et à son Messie ! » Si le psaume 2 est toujours d’actualité, il y a longtemps que les grands de ce monde ont rompu « leurs chaînes » et se sont débarrassés de « leurs liens » ! Ces lois, qu’elles soient divines ou naturelles, n’ont plus, à leurs yeux, droit de cité. L’homme moderne, voire post-moderne, n’a plus besoin de « l’hypothèse » de Dieu pour expliquer le fonctionnement de l’univers. Il se veut libre et autonome. Il n’entend rendre des comptes qu’à sa raison. Si elle aboutit à l’absurde d’une fuite-en-avant perpétuelle, eh bien, assumons-le comme une tragédie dont nous serions innocents et dont nous essaierions, au contraire, de réparer malheurs et injustices. 

Qu’un simple virus invisible puisse, en quelques semaines, paralyser la planète devrait pourtant nous alerter. Voilà un nouveau genre de précarité dont nous sommes responsables et qui, avec les pollutions de l’air, de la mer et du sol vient entraver nos projets les plus éminents et nos travaux les plus considérables ! Cette épreuve une fois surmontée, pourrons-nous reprendre la vie comme avant ? Dieu ne se fait pas d’illusions : l’expérience d’Israël lui a montré que le coeur de l’homme oublie très vite. Or notre génération ne vaut pas mieux. Et le Seigneur, dans sa colère, pourrait se moquer de nous et nous abandonner vraiment à notre sort. 

Au contraire, sa patience inépuisable nous propose de nouveau le Temps Pascal comme celui d’une renaissance par une authentique délivrance. C’est pourquoi cela ne doit pas se limiter à la sortie d’une pandémie. Après tout, nos tâtonnements obstinés ne pourraient-ils pas nous en attirer d’encore plus incontrôlables ? Il cherche donc à rassembler les siens, pour que, par leur entremise, le monde prenne conscience que tout homme est visé par la Bonne Nouvelle : « Tu es mon Fils. Moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. Demande et je te donne les nations pour héritage ». 

En accueillant ce Bon Pasteur vainqueur du mal et de la mort, nous pourrions guérir des plaies bien plus profondes et invétérées que celles causées par des virus. Par notre conversion et le pardon de nos péchés, Dieu veut nous apprendre la bénédiction et la louange au vu des merveilles qu’Il accomplit et qui habituellement nous échappent. Il entend faire de nous des « fils de la Résurrection ». C’est le dé-confinement qui nous attend pour la Vie Eternelle ! 

Père Ippolito Zandonella, vicaire

Prions pour nos catéchumènes : Anna, Diane, Isabel, Jean-Christian, Jérémy, Matthieu, Morgan, Nathalie, Rima-Marie, Thomas
 et pour les confirmands : Alexandra, Betty et Linda.