Dimanche 24 octobre 2021 – 30ème dimanche du temps ordinaire (Année B)

Pacte des Catacombes

En octobre 1992, D. Hélder Câmara a visité le séminaire où j’étudiais. Nous étions 89 séminaristes, issus des cours de Philosophie et de Théologie, de 7 diocèses. Le matin du 15, nous avons rempli notre petit auditorium pour écouter le message de l’évêque d’Olinda Recife. Il nous a dit avec enthousiasme, entre autres, que le 16 novembre 1965, trois semaines avant la clôture du Concile Vatican II, dans les Catacombes de Domitille à Rome, lui et un groupe de 42 évêques ont célébré l’Eucharistie sur la tombe des martyrs Nérée et Aquilée et ont signé un engagement de vie, de travail et de mission qui est devenu connu sous le nom de Pacte des Catacombes. A travers ce document en 13 points, les signataires se sont engagés à mener une vie de pauvreté, à rejeter tout symbole ou privilège de pouvoir et à placer les pauvres au centre de leur ministère pastoral. Ils se sont également engagés dans la collégialité et la coresponsabilité de l’Église en tant que Peuple de Dieu. A ces évêques s’ajoutèrent, les jours suivants, cinq cents autres. Ce Pacte était considéré comme la semence de l’Église de François qui, trois jours après avoir été élu successeur de Saint Pierre, déclara aux journalistes : “Comme je voudrais une Église pauvre pour les pauvres !” 

Le 20 octobre 2019, Journée Mondiale de la Mission, l’héritage des évêques conciliaires a été repris par un groupe de participants au Synode des Évêques pour la région amazonienne. La nouveauté est que cette fois ce ne sont pas seulement les pères synodaux qui ont signé le document, mais tous les participants, – prêtres, religieux, laïcs – affirmant leur adhésion au nouvaux Pacte des Catacombes de la Maison Commune, avec 15 engagements en défense de l’environnement. 

Face aux défis écologiques, sociaux, ecclésiaux, et au nouveau contexte de pandémie qui s’étend depuis longtemps, ce Pacte veut être l’expression d’une Église servante, prophétique, samaritaine, de disciples et missionnaires, qui s’engagent à la défense de la vie humaine et de toute la création de Dieu.  

Père Carlos Alberto Seixas de Aquino

Menu