Edito

Dimanche 18 avril 2021 – 3ème dimanche de Pâques (B)

Pour que la Vie se manifeste

En ces semaines du temps pascal, la liturgie nous propose de lire en continu Les Actes des apôtres. Voilà un livre biblique facile à lire, une véritable épopée, une aventure enthousiasmante ! Sous nos yeux ébahis, onze apôtres traumatisés par la mort violente de leur maître, enfermés à double tour dans une maison de Jérusalem, deviennent une communauté fraternelle, joyeuse, vivante, attirante, en expansion continue. On dirait qu’une force invincible a saisi et transfiguré ces hommes, dont les évangiles nous avaient laissé voir les faiblesses, les incompréhensions et le peu de foi. Comme un arbuste frappé par le gel, donné pour mort, et en qui la vie explose au printemps sans crier gare, l’humanité des disciples laisse soudain jaillir la puissance de l’Esprit reçu du Christ. Et rien ne semble pouvoir arrêter cette onde de charité : ni les brimades, ni les arrestations, ni les moqueries, ni les complots des hommes… au contraire, chaque obstacle devient le lieu d’un témoignage et d’une fécondité nouvelle ! 

Où est passée, en nous et dans notre paroisse, cette puissance de la Vie divine ? Où se manifeste-elle ? Les Actes nous montrent des prodiges. Où sont-ils ? Ils sont bien là, parfois discrets (le Bien ne fait pas de bruit) : une réconciliation familiale, un pardon demandé ou donné, un bien matériel donné à ceux qui en ont besoin, une conversion radicale, une guérison intérieure… et parfois bien visibles, comme sont visibles les adultes baptisés dans notre paroisse le soir de Pâques et les enfants du catéchisme baptisés dimanche dernier, témoins vivants de l’oeuvre permanente de l’Esprit Saint. Car c’est bien Lui le personnage principal des Actes : il parle aux apôtres, les inspire, les appelle, les conduit, tantôt confirmant leur discernement, tantôt les détournant d’un projet trop humain en élargissant leurs vues aux dimensions du projet de Dieu. La vie chrétienne est une collaboration à l’oeuvre de l’Esprit Saint. C’est la condition de sa fécondité. En ce temps de Pâques, pour que nos vies et notre communauté laisse jaillir la puissance de Dieu, soyons dociles à l’Esprit Saint. Commençons par lui donner une chance en nous mettant à son écoute. Nous avons des projets, des habitudes, des façons d’organiser nos vies, des opinions politiques… osons les déposer et accueillir la Parole d’un autre, la Parole de Dieu. 

Viens Esprit Saint ! Eclaire et conduis ma vie ! 

Père Augustin Bourgue, vicaire