Edito

Dimanche 17 mars 2019 – 2ème dimanche de Carême (C)
Prière pour les vocations sacerdotales (6)

« Qui êtes-vous venus chercher ? »

Cette question de Jean-Paul II, lancée Place Saint-Pierre le 15 août 2000 à l’occasion des JMJ auxquelles je participais, m’a foudroyé. Le Pape a ensuite pris le temps de nous raconter son appel, et je me suis un peu retrouvé dans son parcours : ce qu’il a reçu dans sa famille, dans sa paroisse, et la maturation de sa vocation comme jeune homme. J’ai alors fait mémoire de ma propre histoire…

J’ai grandi dans le quartier Mouffetard, dans le 5ème arrondissement de Paris, et j’ai beaucoup reçu de ma paroisse Saint-Médard et des différents établissements privés dans lesquels j’ai étudié. Dieu faisait partie de mon quotidien, paisiblement. La messe faisait partie de ma semaine, joyeusement !

Ma rencontre personnelle avec Dieu a eu lieu en Afrique, au Togo, au cours d’un séjour de découverte avec mon lycée. Nous avons été accueillis par des personnes dont la misère apparente nous bouleversait, mais surtout dont la foi ardente nous émerveillait. Le témoignage de missionnaires qui avaient tout quitté m’a aussi retourné : en effet, à 17 ans, je rêvais d’être riche et célèbre, et ces hommes et ces femmes, célibataires, pauvres, perdus dans la savane, rayonnaient d’une joie que je comprenais venir d’ailleurs. Et le dernier jour de ce voyage, pendant la messe, Dieu s’est fait connaître à moi comme un Père très aimant qui attire à Lui.

La même année, au FRAT des lycéens à Lourdes, une confession au bord du Gave m’a fait percevoir l’amour miséricordieux et inconditionnel du Christ pour moi.

Ces deux événements m’ont amené à me poser beaucoup de questions, et j’ai demandé au curé de ma paroisse de m’accompagner spirituellement. Ce qu’il a fait durant de nombreuses années, et je lui dois beaucoup ! Avec lui j’ai découvert la prière personnelle, la lecture de la Parole de Dieu, le sens du service en paroisse.

Mais ce sont vraiment ces JMJ à Rome qui furent décisives pour moi. En rentrant à Paris, j’ai donc décidé de donner un an pour Dieu, c’est-à-dire de m’efforcer de discerner sérieusement mon appel, tout en continuant mes études : retraites, pèlerinages, vie de prière, de service et de chasteté, cette année fut très riche. En juin 2001, j’ai donc demandé à entrer au séminaire mais…le supérieur me demande de finir mes études ! J’ai donc refait une Maths Spé et trois ans d’école avant d’intégrer la Maison Saint-Augustin, tout en étant bien accompagné par le Service des Vocations pendant ces années d’approfondissement de ma vocation.

Le Séminaire fut pour moi une période très heureuse de ma vie, et j’ai été ordonné prêtre le 30 juin 2012, accompagné par ce verset : « Avec le Christ, je suis fixé à la croix : je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. » (Ga 2,19b-20a)

Père Jérémy Rigaux, vicaire