Edito

Dimanche 29 décembre 2019 – Sainte Famille de Jésus, Marie, Joseph (Année A)

Rendre grâce… en famille ?

  « Vivez dans l’action de grâce. (…) Par des psaumes, des hymnes, des chants inspirés, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance » (Col 3, 15-16).

Rendre grâce, c’est reconnaître, nommer et célébrer le don de Dieu. Sur le moment, ou à l’instant où nous les reconnaissons, les dons de Dieu nous semblent immanquables, évidents, et ils nous comblent de joie. Mais notre esprit, si inquiet de ce qui lui manque, a tôt fait de les oublier. Remisés dans un recoin de notre mémoire, les « hauts-faits » de Dieu s’effacent. Nous finissons par les déprécier (« était-ce vraiment si extraordinaire ? »), voire par mettre en doute leur consistance ou leur existence même (« n’était-ce pas le fruit de mon imagination, est-ce vraiment arrivé ?»). Au contraire, nommer – et parfois écrire – les bienfaits de Dieu nous permet de les goûter et de rester tourné vers Celui est la source de toute grâce, dans l’attente confiante de ce qu’il veut encore donner. Mieux encore : les partager élargit notre joie, nous décentre et nous laisse apercevoir ce que Dieu réalise en silence autour de nous, parfois chez nos proches, et dont n’avons pas la moindre idée. Cette fin d’année constitue précisément un moment tout indiqué pour prendre le temps de rendre grâce. Et pourquoi pas en famille ? Pour faire grandir notre joie, pour approfondir nos propos de table – parfois bien superficiels – de la saint Sylvestre et vivre une vraie communion, voici une recette facile pour un partage en famille ou entre amis.

On se lance (pas trop tard dans le repas !) : « Je vous propose que chacun partage une grande joie, et une difficulté de cette année 2019 ». Ouf, c’est fait ! On prend ensuite un petit instant pour que chacun laisse simplement revenir spontanément ce qui a été bon, ce qui est peut-être le don principal de cette année : un évènement, une rencontre, une grâce… Il est peut-être plus difficile de partager notre peine ou notre combat de cette année, une épreuve, ou simplement ce qui a été douloureux. Mais la communion entre nous n’en sera que plus vraie et plus profonde. On commence ensuite un tour de table. Sans nécessairement commenter ce qui est dit, mais en le recevant simplement et en accueillant l’émotion et les larmes qui parfois l’accompagnent. Alors, si cela est possible, on peut rendre grâce ensemble et prier les uns pour les autres.

Cette démarche simple vous demandera un ingrédient indispensable : un acte de foi ! Priez donc intérieurement l’Esprit-Saint, afin qu’il éclaire chacun. En cette fin d’année, l’exercice (spirituel) peut se vivre en couple, en famille restreinte ou élargie, entre amis au réveillon, de façon explicitement croyante ou comme un simple partage amical… de toutes façons, rendons grâce !

Père Augustin Bourgue, vicaire