Edito

Dimanche 2 mai 2021 – 5ème dimanche de Pâques (Année B)

Rester en Christ

Chaque arbre est composé d’un tronc, de branches, de fruits, mais aussi de racines et de sève. Les racines peuvent être comparées à cette partie de l’Église qui vit cachée dans les monastères ou dans le silence des terres lointaines de la mission. Elles peuvent aussi évoquer ce lieu secret en nous-mêmes où nous choisissons de vivre de la foi et d’accomplir les oeuvres de celle-ci, sans attente de reconnaissance particulière sinon d’être unis au Christ : “que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite” (cf. Mt 6,1-4). Sur l’arbre du Christ, il ne peut pas y avoir de profit personnel, et dans l’Église, le carriérisme et la soif de pouvoir ne peuvent être supportés. 

La sève est la vie de l’arbre. Sans elle, les branches se dessèchent et disparaissent. Rester uni au Christ signifie recevoir continuellement de sa sève. La sève est le Saint-Esprit, c’est la force du Ressuscité, qui assure la vie de l’Église et de chaque personne. Comme la sève est invisible, la manière de la recevoir constamment est la prière, qui est aussi immatérielle et intangible. Quiconque perd l’habitude de prier commence à se dessécher et peut devenir du bois pour le feu. « Sans moi, vous ne pouvez rien faire ! » (Jn 15, 5). Cependant, « si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voulez et cela vous sera donné » (Jn 15,7). 

L’union avec le Christ est la solution pour toutes les situations, même si elles semblent humainement impossibles. Le secret est de rester vivement greffé dans le Christ, en recevant de lui la sève bienveillante, pour produire des fruits abondants pour la gloire du Père. Quiconque est uni au Christ, qui est le tronc, produit nécessairement des fruits de charité, de bienveillance, de justice, de fraternité, d’humilité, d’attention aux autres, spécialement aux souffrants. 

Père Carlos Alberto Seixas de Aquino