Edito

Dimanche 8 mars 2020 – 2ème dimanche de Carême (A)

Transfiguration

L’ambiance actuelle, nationale et internationale, est morose, c’est le moins qu’on puisse dire. Il est donc excellent pour nous de recevoir la bonne nouvelle de la Transfiguration. Non seulement Jésus est habité par la Gloire divine, mais il nous prend en elle, la nuée descend sur les trois apôtres. D’ores et déjà aujourd’hui, nous sommes pris dans la victoire de la Résurrection. Le combat spirituel du carême ne consiste pas à faire comme si la résurrection n’avait pas eu lieu. C’est dans la victoire de Pâques, que la Transfiguration annonçait et anticipait, que nous pouvons mener notre combat. Mais dans la situation qui est la nôtre, avec l’épidémie, la crise des retraites, la loi de bioéthique, les guerres un peu partout, les révélations sur Jean Vannier, il peut être spécialement difficile de croire que nous sommes déjà pris dans la Gloire. Pourtant, « heureux les coeurs purs ils verront Dieu » dit la béatitude. Si nous demandons à Jésus de nous purifier le coeur, nous verrons que Dieu est à l’oeuvre envers et contre tout dans ce monde, ne serait-ce que par les actes de charité qu’il inspire partout aux chrétiens et aux autres. Cela peut être un axe de carême : demander à Dieu qu’il nous révèle de quelle manière il est actif dans ce monde et de quelle manière il est présent en nous, déjà vainqueur. Ce dernier point peut être le plus difficile. Notre époque nous pousse à nous mépriser, à nous juger nuls. Pourtant c’est en moi aussi que Dieu veut habiter pour y manifester sa Gloire, qui que je sois, quoique j’aie fait. Ce temps de carême, et spécialement le temps de la confession, c’est aussi le temps de redécouvrir que Dieu m’aime au point de placer sa Gloire en moi et que par conséquent je suis encore capable du Bien, je suis encore capable d’aimer. 

Père Matthieu Villemot, vicaire

Prions pour nos catéchumènes : Anna, Diane, Isabel, Jean-Christian, Jérémy, Matthieu, Morgan, Nathalie, Rima-Marie, Thomas. Pour les soutenir, chaque jour de cette semaine, je récite le Notre Père et j’essaye de pratiquer chaque  jour une des phrases de cette prière.