Dimanche 25 septembre 2022 – 26ème semaine du Temps Ordinaire (Année C)

Unité et cohérence de la vie chrétienne

 « JE N’AI RIEN QU’AUJOURD’HUI … ! » (Sainte Thérèse de Lisieux). 

La parabole du riche et de Lazare (Lc 16,19-31) doit nous faire réfléchir sur la manière dont nous profitons de la vie que nous recevons de Dieu. A nous qui sommes dans le monde mais pas du monde (Jn 15,19), Jésus nous appelle à prendre du recul sur notre vie pour voir où se trouve notre coeur et notre véritable trésor (Mt 6,21) ? Faisons cet exercice aujourd’hui et non pas demain car comme nous le rappelle Ste. Thérèse de Lisieux : « La vie n’est qu’un instant, une heure passagère. […]. Pour t’aimer sur la terre [ô mon Dieu], je n’ai rien qu’aujourd’hui … ! ». 

Être baptisé est une chose … Vivre chrétiennement en est une tout autre (Jc 2,26) ! Nous ne pouvons pas nous contenter d’une vie chrétienne médiocre, d’une vie chrétienne superficielle, extérieure et mondaine pour nous donner bonne conscience, ou pour donner bonne figure vis-à-vis de notre entourage. Dieu nous assure de sa présence, et ne cesse pas de déverser en chacune de nos âmes une pluie de grâces. 

Mais prenons un moment pour se poser les bonnes questions. Ai-je un coeur suffisamment ouvert et disponible à cette présence du Seigneur et à tous ces dons ? Est-ce que j’arrive à me laisser être rejoint et mû par l’amour divin ? Quelle loi ajuste réellement mes pensées, mes paroles et ma manière d’agir ? Je me dis chrétien, mais est-ce que j’agis en tant que tel dans les moindres petits détails de ma vie ? Comment en effet puis-je dire être chrétien, demander à Dieu de pénétrer mon coeur, d’y régner en maitre, et en même temps pactiser avec le désordre ou le mal dans ma vie ? Soyons cohérents entre ce que nous recevons du Seigneur, ce que nous disons et ce que nous faisons de notre vie. 

Oui, tout ce qui n’est pas donné est volé. Oui, la vie chrétienne est une vie exigeante, mais si profonde et si belle. C’est là justement que réside sa beauté, dans le fait d’être exigeante, car ainsi elle édifie le vrai bien de l’homme et le fait rayonner. SJean Bosco n’hésite pas à dire à Dieu sans sa prière : « Tes exigences sans amour m’écrasent, ton amour sans exigence me diminue […] Seul ton amour exigeant me fait grandir ». Il nous faut accueillir et rechercher aujourd’hui cet amour exigeant parce qu’en lui se trouve le fondement vraiment solide de la vie chrétienne. N’ayons pas peur de l’exigence, dans l’amour vrai ! 

Demandons au Seigneur la grâce de la cohérence et de l’unité de vie. Demandons au Seigneur la grâce de vivre chaque jour comme si c’était notre première journée, notre dernière journée, notre unique journée (Mère Teresa). Ne gâchons pas vainement les grâces que nous recevons de Dieu. Ne cessons pas de vivre dans l’émerveillement et dans l’action de grâce. 

Père Guillaume Radenac, vicaire 

Menu