Edito

Dimanche 31 janvier 2021 – 4ème dimanche du temps ordinaire (B)

« Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! » (Mc 1,27)

La renommée de Jésus est telle que lorsqu’il se rend dans une synagogue, le responsable lui demande de lire et de commenter l’extrait de la Bible choisi pour le Shabbat (Mc 1,21-28). Contrairement à ce que pense son auditoire, l’enseignement de Jésus n’est pas nouveau car il n’est pas venu abolir la Loi et les Prophètes mais au contraire l’accomplir (Mt 5,17). C’est la façon dont il enseigne qui est nouvelle et qui fait autorité. Contrairement aux scribes, Jésus-Christ ne se contente pas de donner un simple enseignement sur les livres saints. Jésus, le Verbe fait chair, fait percevoir à son auditoire la grande saveur des textes sacrés en permettant à chaque personne de recevoir cette Parole au plus profond de son coeur, d’y croire, et de la faire sienne : « Cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte. […]. Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton coeur, afin que tu la mettes en pratique. » (Dt 30,11.14). 

L’enseignement de Jésus vise à montrer que la Parole de Dieu est vivante et efficace dans le coeur des croyants qui la reçoivent en vérité. Cette Parole est appelée à nous toucher, à changer notre vie en profondeur. Recevoir régulièrement la Parole de Dieu permet au Seigneur de déployer la puissance de sa Parole dans nos coeurs. Cette puissance s’exerce, si nous la laissons faire, sur notre volonté, pour l’aider à être unie à la volonté de Dieu. Ma parole qui sort de ma bouche, dit le Seigneur, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plait, sans avoir accompli sa mission (Is 55,11). C’est la promesse de Dieu lui-même. Ainsi il nous faut apprendre à répondre avec Samuel : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute » (1 S 3,10). 

Cet épisode de la vie du Christ nous renvoie à notre propre position par rapport à l’Écriture Sainte. La Bible n’est pas un simple morceau de littérature qu’il faut étudier de manière intellectuelle, même si cela est nécessaire, mais une Parole de vie et d’amour qui s’adresse à chacun d’entre nous. Trop souvent, à la lecture d’un texte de la Bible, nous décrochons dès la première phrase en nous disant intérieurement : « Je connais … J’ai déjà entendu ce texte ». Et notre esprit se met alors à vagabonder au lieu d’écouter ce que Dieu veut nous dire à cet instant précis. Évitons de nous égarer. Laissons-nous interpeller et soyons émerveillés par la Parole de Dieu. 

Père Guillaume Radenac, vicaire